La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

N'hésitez pas à me faire part de vos témoignages à propos de vos expériences avec les arbres.

 

 

 

Avec votre accord,

 

ils seront publiés ici.

 

 

La sylvothérapie en mode méditation :  

 

bouddha méditait au pied d'un arbrebouddha méditait au pied d'un arbre

Pas de panique ! "Méditer" ne signifie

pas rester assis pendant des heures,

les yeux fermés. La méditation c'est

"simplement" apprendre à faire taire

(de temps en temps) la petite voix qui

parle sans cesse dans notre tête. 

 

Or, comme par hasard,  le célèbre Bouddha lui-même méditait au pied d'un arbre ! 

  

Et par chance, il n'y  pas besoin d'être bouddhiste, ou de vouloir le devenir, pour l'imiter.

 

 

 

Croyez-moi : cela fait un bien fou  et à nouveau, c'est gratuit. Alors, pourquoi s'en priver ? 

  

 

 

Le point de départ : 

 

    Dans un lieu calme, choisissez un bel arbre qui vous plait, saluez-le de tout votre coeur, sincèrement, comme s'il s'agissait d'un être humain avec qui vous désirez faire plus ample connaissance. Installez-vous à deux mètres de lui. Veillez à ce que votre colonne vertébrale soit aussi droite que possible. Peu importe la position de vos jambes. Faites en sorte d'éviter tout inconfort, le but de la sylvothérapie n'est pas d'attraper des crampes  ;-) . 

    

A partir de là, je vous propose trois expériences.

Vous remarquerez qu'elles pourraient être pratiquées n'importe où, même debout et en mouvement. Cependant (au début), la présence d'un grand arbre proche de vous, vous aidera à progresser d'une manière étonnante.

  

* La respiration "sylvique"

ou respirer comme un arbre  

                                                                                

"Il y a une manière de respirer qui est une honte et une suffocation. Et une autre manière d’expirer, un souffle d’amour, qui vous laisse ouvert à l’infini".

Rumi

    Commençons par une petite observation sur notre façon de respirer.  Ppur cela plaçons nos mains à plat sur le bas de notre torse, au niveau des dernières côtes et observons.

Que se passe-t-il lors de chaque expiration (sortie de l'air de nos poumons) ?

Le volume de notre cage thoracique se réduit, car nos côtes se resserrent. Le sentez vous bien ?

Ce mouvement des côtes est naturel et normal. Cependant, il comprime le foie et les intestins. Pourtant, ces organes ont un grand besoin d'oxygène apporté par le sang. Et plus ils sont serrés et moins le sang circule facilement en eux. 

Ce n'est pas tout : plus nous sommes stressés, et plus nous serrons nos côtes lors de l'expiration. Ce n'est pas idéal pour la santé

Du coup  nos intestins et notre foie ne "respirent" pas assez.

Des intestins qui ne respirent pas assez vous causeront fatigue chronique, pensées sombres répétitives et allergies alimentaires.

 Prendre des compléments alimentaires, des vitamines, des antidépresseurs, des somnifères n'y changera rien.

    

Une clé très efficace

pour ouvrir votre cage thoracique

est la

respiration sylvique.

 

    Le principe est tout simple : à l'expiration, vous allez commander à vos muscles d'écarter vos côtes afin d'ouvrir au maximum votre cage thoracique !  

 

    Ce mouvement demande un peu d'entrainement et beaucoup de concentration. Et c'est une chance ! Car cette légère difficulté va vous obliger à ne penserez à rien d'autres durant l'exercice. Autrement dit, la voix dans notre tête qui ne cesse de radoter et qui n'est jamais contente va se taire. Ainsi, rien qu'en respirant différemment

sans nous en rendre compte, nous allons non seulement oxygéner notre foie et nos intestins, mais aussi.... méditer !  Mais chut, c'est un secret entre nous. 

 

    Cerise sur le gâteau, vous verrez le haut de votre ventre rentrer comme par magie ! 

 

    Deux conseils :

 

- pour débuter, placer vos mains sur vos dernières côtes. Cela vous aidera à sentir l'état contracté ou ouvert de votre cage thoracique.

- Ne cherchez pas à ce que votre cage thoracique reste en permanence ouverte au maximum, car vos muscles se fatigueraient trop vite. Faites simplement en sorte que l'ouverture soit au maximum à la fin de l'expiration (sortie de l'air) et relâchez-vous un peu pendant l'inspiration (entrée de l'air). 

 

    Une fois que vous avez appris, pratiquez cette respiration n'importe où, chaque fois que vous être tracassé, ou que vous avez un petit moment libre. 

 

    Avec seulement dix expirations sylviques six à dix fois par jour, vous observez de réels changements en vous. Vous serez plus calme, et encore plus ouvert. Vous verrez la vie d'une autre manière. Votre entourage aussi changera dans ce sens.

 

C'est tout à fait surprenant ! Essayez ! 

 

La respiration est une véritable clé de santé et de bien-être. Elle est tellement au centre de ma vie et de mon travail que j'y consacre l'essentiel de mon activité. Pour plus de renseignements je vous invite à visiter mon autre site : http://coach-respiration.com

 

 

  

* Oser sortir  le "grand Je"

    Prenez place comme pour le premier exercice, respirez profondément, faites taire votre mental et fixez attentivement  une de vos mains. Observer le bien et sentez à quel point elle fait partie de vous.

    Ensuite, regardez l'arbre face à vous, calmement, et imaginez que lui aussi fait partie de vous, que l'arbre et vous font partie d'un même tout..  

Ne cherchez pas à le faire par la volonté, par la force, vous n'y arriveriez pas.  La porte pour vous relier à votre "grand je" n'est pas dans le faire, mais dans le laisser-faire. Autrement dit, ne décidez pas que l'arbre est une partie de vous, mais laissez le devenir une partie de vous.  Pour cela, reliez vous à lui par une regard d'amour. Pas de cet amour faux qui rime avec contrôle et possession, mais un amour qui est ouverture et confiance au point d'accepter les choses telles qu'elles sont. Oubliez que l'arbre est tel ou tel arbre, car les noms, les mots sont outils de possession.  Laissez l'arbre être ce qu'il est et non ce que votre mental a décidé qu'il était. Consacrez-y toute votre attention et dès que vous y arrivez, laissez-vous aller dans cette sensation étrange d'être plus vaste que votre corps. Il ne s'agit pas d'une illusion, mais d'un moment de connexion avec votre "grand Je".

C'est à dire ce que vous êtes au plus profond de vous-même. 

 

* Vivez la "sylvique attitude"

  

Chaque fois que vous avez quelques secondes de libres, ou qu'un tracas vous tombe dessus : imaginez que vous êtes un arbre, un arbre puissant et magnifique.

Sentez votre force, votre enracinement : dites-vous qu'avec de telles racines, aucune tempête ne peut plus vous couper de vous-même. 

Les racines permettent de résister aux tempêtes de la vieLes racines permettent de résister aux tempêtes de la vie

 

    Sentez la sérénité inconditionnelle qui vous habite, puis toujours en pensée, tendez vos branches vers le ciel et déployez votre feuillage.

    En même temps, prenez le contrôle de votre respiration et de plus en plus profondément RESPIREZ sylviquement ! Imaginez que vos bronches sont vos branches, que vos poumons sont votre feuillage.     Déployez-les, déployez-vous un peu plus  à chaque inspiration.

Offrez à votre ramure le vent de la vie ! Offrez vous le souffle sans fin de l'expire et de l'inspire.

Respirer pleinement, est le plus beau cadeau que vous puissiez offrir à votre corps et à votre esprit !

 Vivez cette expérience et répétez la autant de fois que vous en avez besoin ou envie.